on n’arrête jamais vraiment… sauf quand l’éditeur envoie un de ses sbires jusque dans mon atelier pour prendre livraison du dessin manu militari.

Advertisements